André BOUCHER

Dans Vie des Arts, André Seleanu écrit « André Boucher se sert de l’art photographique pour engager une forme de dialogue amoureux entre la peinture abstraite et la photographie ». Alors que la peinture mime souvent la précision de la photo, dans toute une gamme d’expressions hyperréalistes, les photographies de Boucher se parent à leur tour de vertus picturales. L’érosion, l’effet du temps sur la matière et son empreinte viennent alimenter sa démarche qui lui permet de créer un art abstrait tiré de plans photographiques pour la plupart non modifiés, comme dans sa série Habana Libre. Dans ce décor cubain, là où la fin d’une époque est encore palpable, le temps aura usé, pelé, écaillé les surfaces de ces lieux, offrant matière à ses photographies qui se donnent à lire comme des tableaux abstraits. Ainsi, alors que certains artistes perçoivent en la notion du temps un processus d’effacement, Boucher, via son art de prise de vue très rapprochée, vient l’immortaliser.

Dans le cadre de sa réflexion et de son travail de création en tant qu’artiste photographe contemporain, les préoccupations principales d’André Boucher rejoignent les questions sociales, environnementales et écologiques actuelles; elles découlent de l’urgence de la réflexion sur les rapports de l’homme à son environnement. Les prises de position de l’artiste en rapport à ses réflexions l’ont ainsi amené à réaliser des œuvres qui tiennent également compte d’éléments architecturaux. Grâce à une recherche photographique constante, l’artiste a exploré de nouvelles techniques d’impression sur verre et sur tous les matériaux durables tels; l’acier inoxydable ou différents papiers. L’ensemble de l’œuvre non-figurative d’André Boucher s’adresse avant tout à la naissance et à la texture même de la perception visuelle. Cette épreuve photographique se révèle dans le bain de notre conscience.

Né à Chicoutimi en 1950, André Boucher amorce sa carrière de photographe dans les années 1970. Suite à l’obtention d’un diplôme DEC ATM en communication et graphisme, il devient photographe de presse au journal Le Soleil pendant plusieurs années; ses photographies sont alors de nature sociohistorique. En 2002, le Salon d’Automne International Des Beaux-Arts de Montréal, rend hommage à la qualité de son travail. Parmi ses photographies, inspirées des surfaces ayant subi l’érosion du temps, nombre ont été prises à La Havane, Cuba. Le catalogue Épreuves du temps, des Éditions Carte Blanche – publié en 2008 et choisi par le journal La Presse comme étant le plus beau livre d’art contemporain – est un recueil de photographies sur l’érosion d’un environnement urbain que l’artiste nous invite à regarder autrement.André Boucher vit et travaille actuellement à Montréal.

Multivers chiffonnés no92, 2015

Multivers chiffonnés no92, 2015

Impression numérique sur papier fibre archive, 38 x 38 cm

Multivers chiffonnés no 112, 2015

Multivers chiffonnés no 112, 2015

Impression numérique sur papier fibre archive, 45 x 30 cm

Multivers chiffonnés no 120, 2015

Multivers chiffonnés no 120, 2015

Impression numérique sur papier fibre archive, 38 x 38 cm

Multivers chiffonnés no 134, 2015

Multivers chiffonnés no 134, 2015

Impression numérique sur papier fibre archive, 38 x 38 cm

Anima Mundi 50, 2009

Anima Mundi 50, 2009

Photo numérique 1/1, 90 x 90 cm

Épreuves du temps suite 2, 2009

Épreuves du temps suite 2, 2009

Photo numérique 1/1, 90 x 90 cm

Fragments d’éternité suite 15, 2009

Fragments d’éternité suite 15, 2009

Photo numérique 1/3, 90 x 90 cm

Habana libre suite 17, 2005

Habana libre suite 17, 2005

Photo numérique 1|25, 22 x 15 cm

Habana libre suite 14, 2005

Habana libre suite 14, 2005

Photo numérique 1|25, 22 x 15 cm

Habana libre suite 13, 2005

Habana libre suite 13, 2005

Photo numérique 1|25, 22 x 15 cm

Firma suite 74, 2004

Firma suite 74, 2004

Photo numérique 1/1, 53 x 35 cm

Havana Libre Suite 18, 2004

Havana Libre Suite 18, 2004

Photo numérique 1/1, 53 x 35 cm

Habana libre suite 25, 2004

Habana libre suite 25, 2004

Photo numérique 1/5, 55 x 35 cm