ENGLISH FOLLOWS

orner_epreuve_web

La Galerie Bernard est fière de présenter en ses murs la seconde exposition individuelle de l’artiste Steven Orner, intitulée SOUVENIRS INVENTÉS. Composé d’oeuvres picturales sur toiles et sur papiers, ce nouveau corpus poursuit les réflexions de l’artiste sur des banlieues imaginaires, inspirées des « suburbs » américaines. Depuis plusieurs années, l’artiste explore l’utopie et son concept opposé : la dystopie. Il pose un regard sur la pérennité de ce mode de vie très nord-américain.

L’idéal utopique de l’environnement de banlieue a été conçu pour être bien organisé, ordonné et efficace; la commodité est son élément clé. Toutefois, l’autre aspect des banlieues contemporaines – leur côté dystopique – est celui qui pourrait être décrit comme étant stérile, ennuyeux, homogène et monotone; un mode de vie où rien ne semble plus jamais se produire.

L’oeuvre de Steven Orner a un lien étroit avec la narration: l’imagerie moderne et populaire, des caricatures, des paysages, des architectures et, parfois même, les propres souvenirs de l’artiste, sont tirés de leurs contextes traditionnels et insérés dans une nouvelle réalité, comme figés dans d’insolites et parfois anachroniques « scènes de genre ».

Dans une facture onirique et fragmentée, une dualité se crée à la rencontre des différentes histoires inventées, notamment dans la tension entre la réalité et la fiction, le jeu et l’ennui, le rêve et le souvenir.

Intrigués, face à ces productions et à l’humour qui se dégage des oeuvres de Steven Orner, nous sommes incités à nous questionner, de manière tout à fait pertinente, sur la banlieue moderne et contemporaine, qui est ici plus qu’un décor mais un véritable filtre à travers lequel observer les rêves et les troubles d’une société.

Steven Orner est né aux États-Unis et réside à Montréal depuis quinze ans. Détenteur, d’un baccalauréat en beaux-arts du Maryland Institute College of Art et d’une maîtrise en peinture et gravure de la très réputée Yale University School of Art, aux États-Unis. L’artiste se consacre depuis plusieurs années à sa pratique picturale. Il compte à son actif plusieurs expositions, tant individuelles que collectives dans diverses structures telles que : le Musée des beaux-arts du Mont-Saint-Hilaire (2010), et également à l’étranger (États-Unis, Paris, Berlin). Boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2008 et du Conseil des arts du Canada en 2009 et 2012, ses oeuvres font partie de collections publiques et privées à Montréal et à New York. Il a aussi reçu de nombreux prix, dont le prestigieux Schoelkoptf Travelling Fellowship Prize de l’Université de Yale.


Communiqué : Exhibition STEVEN ORNER

SOUVENIRS INVENTÉS

February 2nd to March 18th 2017

Vernissage – February 1st 2017 from 5:00 to 8:00 p.m.

Galerie Bernard is proud to present the second individual exhibition of the artist Steven Orner, SOUVENIRS INVENTÉS, within its premises. Consisting of paintings on canvas and on paper, this new corpus continues the reflections of the artist on imaginary suburbs, inspired by the American ‘suburbs’. For several years, the artist explores the utopia and its opposite concept: the dystopia. He takes a look at the sustainability of this very American lifestyle.

The utopian ideal of the suburban environment is designed to be well-organized, orderly, and efficient; convenience is the key element. However, the other aspect of the contemporary suburbs – their dystopian side – is one that could be described as being sterile, boring, uniform and monotonous; a lifestyle where nothing seems to ever occur.

Steven Orner’s work has a close link with the narration: modern and popular imagery, caricatures, landscapes, architectures and, sometimes, the memories of the artist, are derived from their contexts and inserted in a new reality, as frozen in unusual and sometimes anachronistic «genre scenes».

In a dreamlike, fragmented fashion, a duality is created to meet different invented stories, especially in the tension between reality and fiction, the game and boredom, the dream and the memory.

Intrigued, looking at these productions and feeling the humour that emerges from Orner’s artworks, we are encouraged to ask questions; quite appropriately, on the outskirts of modern and contemporary, which is more than a decoration but a real filter through which to observe the dreams and troubles of a society.

Steven Orner was born in the United States and resides in Montréal for 15 years. Holder of a Bachelor’s degree in fine arts from the Maryland Institute College of Art and a Master’s Degree in painting and engraving of the renowned Yale University School of Art, in United States. The artist spent several years in his pictorial practice. He has to his credit several exhibitions, both individual and collective, in various structures such as: the Museum of fine arts of Mont-Saint-Hilaire (2010), and also abroad (United States, Paris, Berlin). Fellow Council of arts and letters of Québec in 2008 and the Arts Council of Canada in 2009 and 2012, his paintings are part of private and public collections in Montréal and New York. He also received numerous awards, including the prestigious Schoelkoptf Travelling Fellowship Prize at Yale University, USA.