Manuel BISSON

La recherche picturale de Manuel Bisson s’active par la rencontre de contraires et par l’exploration de contrastes. Ses investigations se font tout autant sur le plan de la forme que sur celui de la couleur et questionnent la planéité de la surface et la sémiotique des figures. La peinture abstraite de Bisson, suggère des formes que l’on associe au corps humain ou animal. Ainsi les cheveux, poils ou pelages se superposent aux aplats de couleurs parfois flamboyantes, fluorescentes ou, au contraire, délavées, voire salies, sur un arrière plan effacé, absent. Les choses intimes et viscérales sont dissimulées sous des traits géométriques angulaires, créant ainsi une certaine dichotomie dans l’image; une ambiguïté entre pudeur et exhibitionnisme.

Subséquemment, les formes peintes deviennent elles-mêmes objets. Ne se fondant dans rien, elles ressortent comme de multiples entités autonomes. Le dessin se mêle à la peinture avec aisance, et se manifeste souvent comme dans une mécanique de reproduction, donnant lieu à des motifs répétitifs ou dissemblables. Sous ces explorations formelles se glisse, en trame de fond, une esthétique de la fête où pétards, banderoles, fioritures et couleurs éclatantes se dévoilent en abstraction.

L’artiste créé aussi des artifices: les formes et les motifs évoquent le papier peint vétuste et le faux bois. À la croisée d’une sincérité picturale et d’un ludisme usant de faux-semblants, la peinture de Manuel Bisson nous présente une œuvre originale où l’ornemental côtoie librement le formalisme. Avec le second corpus (œuvres de 2015), l’artiste nous emmène dans un autre univers. Ici, on s’éloigne de la figure (corps humain/animal/minéral) et nous sommes ainsi transportés dans une suite de paysages improbables, futuristes, irréels… Manuel Bisson questionne l’environnement, le lieu, et l’architecture, sans toutefois y intégrer des éléments figuratifs. Évitant la narration, les éléments disposés dans ses tableaux sont mis tour à tour en tension, contemplation, isolation et précarité. Les compositions oscillent entre bidimensionnalité et tridimensionnalité, espace et canevas, ombres-objets et objets-néants. Les obliques et les plans superposés créent des perspectives tronquées et de fausses profondeurs assumées. Intégrées subtilement dans ses œuvres, des influences de l’esthétique de la science-fiction des années 1970 et 1980 peuvent être perçues, tant dans le traitement de la couleur que dans les plans en suspension. Certaines impressions d’univers mystiques et de mondes parallèles, rétro-futuristes peuvent être ainsi perçues dans cette série. Le va-et-vient de ce théâtre géométrique a souvent lieu dans un espace flottant, sans ancrage figuratif ou structurel. De plus, cette sensation de suspension est suggérée par la rencontre de plans abstraits ou par le rayonnement lumineux que Bisson crée avec son exploration singulière de la couleur et des médiums.

Manuel Bisson, né en 1973, vit et travaille à Montréal. Sa démarche artistique se démarque principalement par deux disciplines, soit la performance et la peinture. Il termine son Baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’UQAM en 2011. Toutefois, sa pratique artistique multidisciplinaire s’étale sur plus de 15 ans. Ses œuvres performatives ont été présentées dans des festivals et galeries au Canada et à l’étranger. Il y a quelques années, il délaisse la performance pour se consacrer entièrement à son travail pictural. Depuis 2014, Manuel Bisson est représenté par la Galerie Bernard; ses œuvres ont été présentées lors de l’exposition collective de la galerie Accrochage 2014 – «Territoires et fioritures» (Manuel Bisson, Kittie Bruneau, Raymond Dupuis et André Jasmin), à la Foire d’art contemporain de Saint-Lambert, à l’exposition de l’encan Clark26 en 2014, ainsi qu’aux foires d’art contemporain PAPIER14 et PAPIER15.

DÉCOUVREZ LA CAPSULE VIDÉO DE L’ARTISTE DANS L’ATELIER (Exposition NEW GROUND, octobre 2015)

Sans titre, 2016

Sans titre, 2016

Technique mixte sur panneau de bois, 54 x 28 cm

Triangle Love #1, 2016

Triangle Love #1, 2016

Bombe aérosol sur papier, 52 x 52 cm

Triangle Love #2, 2016

Triangle Love #2, 2016

Bombe aérosol sur papier, 52 x 52 cm

Triangle Love #3, 2016

Triangle Love #3, 2016

Bombe aérosol sur papier, 52 x 52 cm

Sans titre, 2015

Sans titre, 2015

Bombe aérosol sur papier archive, 55 x 76 cm

Sans titre, 2015

Sans titre, 2015

Bombe aérosol sur papier archive, 55 x 76 cm

Sans titre, 2015

Sans titre, 2015

Bombe aérosol sur papier archive, 55 x 76 cm

Sans titre, 2014

Sans titre, 2014

Bombe aérosol, 92 x 122 cm

Sans titre, 2014

Sans titre, 2014

Feuilles d'or et aérosol, 61 x 51 cm

Meute noirâtre, 2014

Meute noirâtre, 2014

Bombe aérosol et acrylique, 57 x 76 cm

Messe Basse, 2013

Messe Basse, 2013

Bombe aérosol, acrylique et fusain, 49 x 69 cm

Sans titre, 2012

Sans titre, 2012

Acrylique, bombe aérosol, fusain et résine, 182 x 182 cm

D’ici vers l’éternité, 2012

D’ici vers l’éternité, 2012

Acrylique et graphite sur toile, 183 x 183 cm