Louisa NICOL

Louisa Nicol s’impose au cœur de l’art actuel en élargissant les frontières du dessin. Les modèles et les personnes de sa connaissance qu’elle met en scène pratiquent des professions reliées au monde des arts visuels ou des lettres. La conscience de leur corps est donc omniprésente. […]

Les supports de ses pièces sont constitués de différents papiers. Ils sont souvent combinés à du papier Kraft, un papier d’emballage aux tons chamois ou sable, déchiré en grandes strates. Le tout est marouflé sur des toiles de coton ou de lin et monté comme des tableaux. Les personnages sont placés dans un espace qualifiable de non-lieu, une situation accentuée par le fait que le sol et les objets sont souvent absents. Plusieurs dessins tiennent compte du clair-obscur mettant l’accent sur le relief. D’autres sont tracés au trait et, parfois, un seul détermine le contour du corps. Souvent, l’artiste se sert de la couleur et de la forme du papier Kraft déchiré comme des éléments qui lui permettent d’équilibrer les vides et les pleins de la composition.

Depuis quelques années, elle juxtapose plusieurs dessins, en l’occurrence des images partielles du corps qui, isolées les unes des autres, font figure d’abstraction. Assemblés, ces dessins forment une œuvre autonome. Le marouflage sur une surface rigide remet en question la fragilité traditionnelle du dessin, l’associant ainsi à la peinture. Si le dessin a toujours été la clef de celle-ci, il devient un dessein par les innovations et la virtuosité que Louisa Nicol y apporte et désigne les multiples possibilités que ce mode de représentation propose aujourd’hui.

Source : Communiqué de l’exposition Félicitas et autres modèles à la Galerie Bernard par Monique Langlois.

Née à Palmarolle, en Abitibi, Louisa Nicol a travaillé comme graphiste à la Société Radio-Canada, de 1967 à 1983, et a été illustratrice pour de nombreuses maisons d’édition. Elle a également été chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université du Québec en Outaouais. À Palmarolle, elle a fondé la Galerie Sang-Neuf Art et l’École des Beaux-Arts Rosa-Bonheur, un lieu d’enseignement estival. Elle est aussi à l’origine de Ars Longa, un lieu d’exposition qui a eu pignon sur rue, à Montréal. Simultanément, l’artiste s’est toujours consacrée à sa production en dessin. Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions individuelles ou collectives dans la province, ainsi qu’en France et au Japon.

Marlyn, 2010

Marlyn, 2010

Encre, plume rapidographe, 30 x 24 cm

Pascale, 2010

Pascale, 2010

Encre, plume rapidographe, 30 x 24 cm

Pascale, 2010

Pascale, 2010

Encre, plume rapidographe, 30 x 24 cm

Marie G, 2010

Marie G, 2010

Encre, plume rapidographe, 30 x 24 cm

Marie G, 2010

Marie G, 2010

Encre, plume rapidographe, 30 x 24 cm

Lyne, 2011

Lyne, 2011

Dessin aux 3 crayons, 182,2 x 121,9 cm

Adeline, mini mouse, 2012

Adeline, mini mouse, 2012

Encre et plume rapidographe, 25 x 25 cm

Adeline, 2012

Adeline, 2012

Encre et plume rapidographe, 25 x 25 cm

marieclaude

Marie-Claude, 2012

Encre et plume rapidographe, 30 x 24 cm

Marlyn, 2009

Marlyn, 2009

Encre, 40 x 50 cm

inconnue

L’inconnue, 2008

Encre et plume rapidographe, 33 x 24 cm

murray1

Murray 1, 2008

Graphite, 61 x 46 cm

murray2

Murray 2, 2008

Graphite, 61 x 46 cm

Dessin - Nous ne sommes pas les derniers - Murray

Nous ne sommes pas les derniers, 2008, (Murray)

Encre et plume rapidographe, 100 x 100 cm