Stéphanie L’HEUREUX

Le travail de Stéphanie L’Heureux accorde une importance égale aux gestes créatifs et à l’œuvre finale. Le dessin y est à la fois trace et mouvement. Sa pratique examine les composantes élémentaires du médium : la toile et la peinture et questionne la place du vide, l’équilibre des formes, le jeu entre le fond et la forme, le mouvement, la ligne et le plan.

Sa recherche est traversée par une figure peinte qui est étudiée, reproduite, sans cesse réinventée. La série fait partie de son processus de création. Aussi chaque tableau se présente-t-il comme l’archive d’un moment dans le fil d’une interrogation.

Depuis quelques années, elle travaille sur le cercle, ce motif qui, malgré son apparence simple, conserve toute son attention. Elle le développe et le transforme. Après tous ces dessins, toutes ces déclinaisons, elle s’étonne que la sobriété de la forme permette tant de sentiments tragiques et d’expressivité.

Sa palette, discrète et austère, confirme que la recherche est guidée par une réflexion sur des questions d’essence. L’artiste tente ainsi de simplifier le travail du peintre, d’aller vers le moins. La couleur est pour elle une distraction, un élément non essentiel. C’est pourquoi elle en utilise peu dans ses œuvres, afin de rester concentrée sur sa quête intellectuelle d’un art abstrait.

Stéphanie L’Heureux, née en 1968 à Ottawa vit et travaille à Montréal. Après des études collégiales en arts plastiques, elle obtient un baccalauréat en histoire de l’art (Université Laval, Québec, 1991) et une maîtrise en esthétique sur la sculpture du Kasaï (Université de la Sorbonne, Paris, 1993). Elle poursuit ensuite des études de doctorat sur la sculpture olmèque (Université McGill, Université de Montréal, 1995-2000). Par la suite, elle est directrice du centre d’artistes Diagonale (Montréal, 2002-2013). Elle travaille principalement en peinture, mais touche aussi à la photographie, à la porcelaine et à la broderie. Ses pièces ont fait partie d’expositions collectives et se retrouvent dans des collections privées.

Les nudités 1, 2019

Les nudités 1, 2019

Indigo, papier japonais, 50 x 78 cm

Les pertes 1, 2019

Les pertes 1, 2019

Indigo, papier japonais, 40 x 50 cm

Les résiliences 1, 2019

Les résiliences 1, 2019

Teinture, papier japonais, 50 x 60 cm

Les déceptions 1, 2019

Les déceptions 1, 2019

Indigo, papier japonais, 40 x 50 cm

Les cicatrices 1, 2019

Les cicatrices 1, 2019

Indigo, teinture, papier japonais, 61 x 42 cm

Les résiliences 2, 2019

Les résiliences 2, 2019

Teinture, papier japonais, 40 x 34 cm

Les espérances 2, 2019

Les espérances 2, 2019

Indigo, papier japonais , 50 x 40 cm

Les fragilités 2, 2019

Les fragilités 2, 2019

Teinture, papier japonais, 42 x 39 cm

Les espérances 1, 2019

Les espérances 1, 2019

Indigo, papier japonais, 40 x 50 cm

Les inquiétudes 1, 2019

Les inquiétudes 1, 2019

Peinture à l’huile, mylar, or 23 carat, 60 x 84 cm

Les inquiétudes 3, 2019

Les inquiétudes 3, 2019

Peinture à l’huile, papier japonais, or 23 carat, 50 x 79 cm

Les inquiétudes 2, 2019

Les inquiétudes 2, 2019

Peinture à l’huile, papier mylar, or 23 carat, 55 x 85 cm

Les inquiétudes 4, 2019

Les inquiétudes 4, 2019

Peinture à l’huile, mylar, or 23 carat, 61 x 91 cm

Les Angoisses 3, 2019

Les Angoisses 3, 2019

Peinture à l’huile sur papier mylar, 35 x 49 cm

Cercle noir sur toile teinte-2 (indigo), 2017

Cercle noir sur toile teinte-2 (indigo), 2017

Acrylique et encre sur toile, 36 x 46 cm

Cercle noir sur toile teinte (Pomme de grenade), 2017

Cercle noir sur toile teinte (Pomme de grenade), 2017

Acrylique et encre sur toile, 36 x 36 cm

Visionnez le pamphlet visuel de l’exposition “Suspendue”:

Il est possible de télécharger le pamphlet via la barre d’outils au bas de la visionneuse.

DÉCOUVREZ LA CAPSULE VIDÉO DE L’ARTISTE DANS L’ATELIER (Exposition en duo avec RICHARD CLOUTIER, août/septembre 2015)