Yves TRUDEAU R.C.A.

Au cours des années 60, Yves Trudeau commence à utiliser la soudure dans son travail, ce qui lui permet d’allier différents matériaux qui apparaissaient jusqu’alors impossible à combiner ; il s’inspire alors du monde autour de lui pour se libérer de la sculpture traditionnelle. C’est ainsi que l’artiste crée une série de sculptures alliant fer et bois.

Celles-ci donnent le ton aux prochaines œuvres de Trudeau qui, plutôt que de s’ériger sur une base massive, n’ont souvent que trois points d’appuis distancés, créant un espace négatif à la base de la sculpture. Ainsi ses œuvres, plutôt que de s’ancrer dans le sol, semblent au contraire vouloir s’élever vers le ciel. Pendant plus d’une dizaine d’années, Trudeau continuera dans cette optique et travaillera sur une série d’œuvres appelées Murs fermés et ouverts, selon une technique du plan plié qui apporte également la notion de mobilité en sculpture.

Ses prochaines œuvres, les Parvis et portails, sont inspirées par l’architecture gothique et réfèrent à la notion de vestige. Bien que différentes des Murs fermés et ouverts, ses œuvres expriment toujours la notion de “mobilité”, car il est en effet possible de les regrouper différemment et même de changer littéralement leur position respective. Ainsi, l’artiste offre la possibilité au spectateur de participer à cette mobilité de l’œuvre. Tout au long de son travail, Trudeau s’inspire des idées de vestiges reliées à l’architecture, du discours social l’entourant ainsi que des courants, tels que le Hard Edge et le minimalisme.

Né à Montréal, en 1930, Yves Trudeau a étudié à l’École des beaux-arts de Montréal, il a débuté sa carrière à la fin des années 50, où il se fait connaître pour ses sculptures en bronze. Lauréat des concours artistiques du Québec, en 1959 et 1962, il compte à son actif de nombreuses expositions individuelles et collectives au Canada, aux États-Unis et en Europe. L’artiste a également participé à des biennales à travers l’Europe et à différents symposiums de sculpture. Ses œuvres figurent dans d’importantes collections publiques et privées au Québec et à l’étranger. Plusieurs de ses œuvres (quarante-deux) sont visibles à travers le Québec, notamment dans le métro de Montréal à la station Côte-Vertu où se retrouve Relief, négatif positif, la dernière œuvre de sa série des Murs fermés et ouverts. Il est également possible d’admirer sa pièce Phare du Cosmos, sculpture mécanisée à effet sonore, érigée en 1967, sur la place de l’univers dans le cadre de l’Expo 67, relocalisée depuis sur la pointe Sud-Ouest de l’île Sainte-Hélène. Impliqué dans la diffusion des arts, Trudeau fonde, en 1960, l’Association des sculpteurs du Québec, aujourd’hui appelée le Conseil de la sculpture du Québec. Professeur retraité de l’UQÀM, l’artiste est également membre de l’Ordre du Canada et de l’Académie Royale des Arts du Canada.

DÉCOUVREZ LA CAPSULE VIDÉO DE L’ENTREVUE AVEC YVES TRUDEAU

Vestige VI  (cathédrale), 2014

Vestige VI (cathédrale), 2014

Bronze, unique, patiné noir, 32 x 17 x 30 cm, (Crédit photo: Yves Ouellette)

Vestige VII (église ), 2014

Vestige VII (église ), 2014

Bronze, unique, patiné noir, 24,5 x 10,5 x 22,5 cm (Crédit photo: Yves Ouellette)

Vestige VIII (abbaye), 2014

Vestige VIII (abbaye), 2014

Bronze, unique, patiné noir, 25,5 x 19,2 x 13,5 cm (Crédit photo: Yves Ouellette)

Vestige IX (Berlin 44), 2014

Vestige IX (Berlin 44), 2014

Bronze, unique, patiné noir, 33,5 x 35,5 x 18,5 cm (Crédit photo: Yves Ouellette)

PARVIS ET PORTAIL #28

Parvis et portail no 28, 2005

Bronze unique, 22 x 13 x 10,5 cm