Communiqué de presse | Pour diffusion immédiate

La Galerie Bernard est heureuse de présenter du 1er au 23 décembre 2021 l’exposition collective PEAUX IMMÉDIATES des artistes Carole Baillargeon, Sylvie Chartrand, Montserrat Duran Muntadas et Eva Lapka. Ces artistes présentent leurs étonnantes œuvres autour d’une série de dessins au fusain de modèles féminins du peintre André Jasmin (1922-2020). Ces œuvres choisies de Jasmin sont les moins connues parmi sa grandiose production qui comptait principalement des huiles, acryliques et des aquarelles aux couleurs éclatantes. Cette inédite sélection représente une admirable vision esthétique, grâcieuse et éloquente du corps féminin en dessin, qui va au-delà des stéréotypes et des clichés de représentation, prouvant la nature intemporelle du travail de l’artiste. Présentées 40 ans après leur création (1970-75), ces œuvres ont été sélectionnées pour accompagner le travail de 4 artistes femmes contemporaines, œuvrant toutes sur la thématique du corps. Dans ce contexte d’art contemporain, les dessins de Jasmin, réalisés à partir d’un tracé simplifié, nous proposent un rythme où se traduisent désirs, hésitations, certitudes et contradictions. Les modèles aux lignes arabesques du peintre appuient et accompagnent avec détermination la force évocatrice du discours des œuvres au féminin de Baillargeon, Chartrand, Duran Muntadas et Lapka. Fortes dans leur appropriation ainsi que dans leur représentation artistique et déconstruite du corps, elles utilisent divers médiums (céramique, tissus, verre, dessin, photographie) pour créer des œuvres uniques. Loin des archétypes, ce corpus d’œuvres sensibles et innovatrices suggère la chair, la courbe humaine et la douce fragilité des attributs caractérisant l’être. C’est ainsi que ces artistes, grâce à leurs créatives confections de « peaux immédiates », osent le corps dans leur pratique artistique.

L’artiste sculpteure CAROLE BAILLARGEON participe au renouveau des techniques du textile en art contemporain en y évoquant des préoccupations environnementales et écologiques. Elle confère à ses œuvres une puissante narration sur la condition humaine. À la fois complexe, vulnérable et impermanent, l’humain est traité comme sujet principal dans ses sculptures-vêtements ainsi que dans ses délicats papiers faits à la main. Sa démarche se développe dans une pratique hybride combinant audacieusement arts visuels, scénographie, métiers d’art et artisanat.

SYLVIE CHARTRAND artiste multidisciplinaire, situe sa pratique entre la représentation du corps et le corps en représentation. Grâce à la captation vidéo, au traitement numérique des images et à leur impression sur papier, l’artiste exploite les délimitations de formes ambiguës et d’ombres secrètes qui s’affranchissent du corps. Dans les œuvres photographiques de Chartrand, l’évocation humaine, fugace et translucide, nous apparait par de fascinantes et douces impressions d’êtres segmentés par des mouvements figés, hors du temps, libres et légers.

Les œuvres sculpturales de MONTSERRAT DURAN MUNTADAS combinent du verre soufflé et des tissus brodés numériquement. Ses œuvres métaphoriques et poétiques sont vibrantes et colorées. Duran Muntadas met en contraste des textures multiples, des couleurs chatoyantes et des thématiques aux résonances profondes pour rendre visible ce qui ne l’est pas au cœur de notre quotidien. Son travail aborde les notions de la maternité et de l’infertilité et se développent en cherchant un point de convergence et de discussion entre l’univers féminin et celui d’autrui.

La terre, plus particulièrement la céramique (grès), ont toujours été les moyens d’expression privilégiés d’EVA LAPKA. Au centre de ses sculptures, des éléments du corps humain tels que le torse, les mains et la tête sont fragmentés par des plaques de terre déformées, déchirées et réassemblées. La glaçure blanche craquelée et les couleurs, souvent combinées avec la glaçure métallique (bronze), est sa marque singulière et mettent en valeur la matière. Les œuvres de Lapka sont porteuses d’une pensée provocatrice et intime.

ANDRÉ JASMIN (1922-2020) a étudié à l’École du meuble de Montréal avec Paul-Émile Borduas et Maurice Gagnon (1942) après avoir complété un baccalauréat en arts à l’Université de Montréal. Il a réalisé, de 1945 à 50, des décors et des costumes de théâtre pour les Compagnons de Saint-Laurent, la Compagnie des Masques et Les Ballets Ruth Sorel. Il a enseigné l’histoire de l’art et la peinture à l’École des beaux-arts de Montréal (1959) qui à été intégré à la fondation de l’UQÀM en 1969. Il a donné de nombreuses conférences à la Galerie Nationale du Canada et collaboré à des émissions de Radio-Canada sur les arts dans les années 60. Ses œuvres se retrouvent dans d’importantes collections muséales, dont celles du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée d’art de Joliette, du Musée de London, Ont, du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée des beaux-arts du Canada ainsi que dans de multiples collections privées.

CLIQUEZ ICI/CLICK HERE (61 téléchargements) pour télécharger le dépliant visuel de l’exposition « PEAUX IMMÉDIATES »

Venez rencontrer les artistes les samedis:
Carole BAILLARGEON le 4 décembre de 11h à 14h
Sylvie CHARTRAND le 4 décembre de 14h à 17h
Montserrat DURAN MUNTADAS le 11 décembre de 14h à 17h
Eva LAPKA le 18 décembre de 14h à 17h

Nous serons ouverts exceptionnellement le lundi et mardi 21 et 22 décembre.