Communiqué de presse | Pour diffusion immédiate

La Galerie Bernard est heureuse de présenter du 25 septembre au 2 novembre l’exposition SUSPENDUE de l’artiste Stéphanie L’Heureux.

Stéphanie L’Heureux présente une série d’œuvres inédites réalisées principalement sur papier japonais. Ce matériau artisanal est un support remarquable pour sa légèreté, sa flexibilité et sa résistance. Toujours intéressée par des enjeux formalistes, l’artiste explore les propriétés de ce papier traditionnel et écologique pour la création d’abstractions géométriques générées à travers ses propres techniques de teintures. L’Heureux continue d’approfondir ses recherches sur l’utilisation de l’indigo comme colorant ancien et naturel, couleur fascinante qui a traversé les siècles et est devenue une culture à part entière. Ainsi, l’artiste applique ses connaissances du textile et de la teinture en teignant ses propres papiers, ce qui leur donne l’apparence d’une étoffe d’une autre époque.

Les œuvres de l’exposition SUSPENDUE évoquent le passage du temps, marquées par l’action minutieuse et répétitive du pliage et de la teinture. Il se crée alors des motifs pyramidaux sur le support; des questions d’ordre formel et d’équilibre se posent. Nous pouvons prendre plaisir à découvrir dans cette absence de gestuelle de fortes compositions rythmées avec des espaces pleins, des espaces vides et des tons de couleurs monochromes, jouant principalement dans les nuances de bleu et de vert.

Cette présentation d’œuvres est plus qu’à l’habitude empreinte d’une forte sensibilité. En accordant pour la première fois des titres évocateurs à ses pièces, Stéphanie L’Heureux nous transporte dans un univers plus personnel et émotif. Les titres des séries «les abandons», «les attentes», «les espérances» ou encore «les fragilités» concèdent alors de forts traits de caractère aux papiers originairement doux, délicats. Nous rappelant à la fois les origamis, la courtepointe ou bien même la mosaïque, les œuvres sont imbibées d’une tonalité de couleurs propre à la nature et évoquent une certaine tranquillité, ou des états introspectifs. Ce corpus pourrait-il symboliquement incarner nos états d’âme en suspension dans le temps? Notre place dans un temps suspendu ? Ou encore bien toute la beauté et la délicatesse de nos précieux souvenirs?

Stéphanie L’Heureux vit et travaille à Montréal. Après des études en arts plastiques, elle obtient un baccalauréat en histoire de l’art (Université Laval, Québec) et une maîtrise en esthétique (Université de la Sorbonne, Paris). Elle poursuit ensuite des études de doctorat sur la sculpture olmèque (Université McGill, Université de Montréal, 1995-2000). Par la suite, elle est directrice du centre d’artistes Diagonale (Montréal, 2002-2013) puis chargée de projet pour le Service de l’intégration des arts à l’architecture (le 1%) du Ministère de la culture et des communications du Québec, depuis 2016. Elle travaille principalement en peinture. Ses pièces ont fait partie d’expositions solos et se retrouvent dans plusieurs collections privées.

Visionnez le pamphlet visuel de l’exposition “Suspendue”:

Il est possible de télécharger le pamphlet via la barre d’outils au bas de la visionneuse.